Le Tango du retour (Julio CORTAZAR, recueil « Nous l’aimons tant, Glenda »)

Tango by lluisribes, on Flickr

Le retour d’un ancien amant, vivant uniquement dans les souvenirs de Matilde, la bouleverse.

Les personnages se dévisagent, s’observent avec défiance, se cachent, se rapprochent, unis par des souvenirs coupables et douloureux.

L’histoire d’amour véritable de Flora est entachée de la supposée vengeance sous cape de son fiancé, l’amant de Matilde, présumé mort.

Une histoire d’amour, mêlée de remords, ravivés suite à un quiproquo. A moins que …

Le retour du mort

Le mari de Flora écrit dans son journal l’histoire confiée par son épouse, au sujet de son ancien employeur.

Emilio Diaz revient au pays, en toute discrétion. Planqué dans l’ombre d’un arbuste, à proximité de chez elle, Matilde le remarque, sans pouvoir l’approcher, insaisissable ombre du souvenir qu’il est devenu, après sa mort à Mexico. Difficultés à trouver le sommeil.

Dead man walking

Mais, bien que son retour soit impossible – il est mort, c’est certain- comment l’a- t-il retrouvée? Alors que le quotidien se déroule inexorablement, les souvenirs de Mathilde la rongent : et si German, son mari apprenait le retour de Milo, Matilde aurait des explications à lui fournir, car elle n’aurait pas pu l’épouser, fiancée alors avec Milo, eux qui ont des enfants, une vie respectable, tout cela s’écroulerait. Somnifères.

La Mort aux trousses ?

Milo – mais ce n’est pas lui, assurément- en vient à se rapprocher de la demeure, en se rapprochant de la gouvernante, Flora.  Et Simon -ou alors Milo, qui sait- qui offre des cadeaux aux enfants, par l’intermédiaire de Flora, naïve, éprise de cet inconnu, seulement pour elle, qui ne connaît pas son passé en tant que Milo. Encore dix jours avant le retour de German. Encore des somnifères.

Broyée par le poids des souvenirs

Simon finalement allait pouvoir faire évoluer sa relation avec Flora. Elle lui ouvrirait cette nuit la porte, et il aurait accès à la maison. Elle les imaginait déjà à s’ébattre au rez- de – chaussée, terrorisée à l’étage, à l’idée que ce ne soit qu’un stratagème pour, Flora épuisée, l’atteindre elle. Et scandalisée, Flora raconterait tout, et Matilde serait déshonorée, German aussi, tout le monde saurait. De nouveau des somnifères.

Qui pouvait prévoir la fin? Flora en pleur, un enfant traumatisé, Simon qui était sans doute Milo pour Matilde, mais qu’en saura-t-on vraiment? Encore un mystère, celui créé par l’obsédant souvenir dévastateur d’une femme coupable.

Mon avis

Le tango du retour mérite son nom : les partenaires sont distants et s’observent, à la dérobée. Puis au fil de l’histoire, un rapport se crée, qui transpire la passion, l’abandon, la fièvre. Jusqu’à la fin abrupte de la danse, qui rompt avec les sentiments arborés jusqu’alors.

Publicités

A propos Erick

Diététicien, INFP, yogi coincé, coureur amateur. Buts: écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans nouvelle, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Tango du retour (Julio CORTAZAR, recueil « Nous l’aimons tant, Glenda »)

  1. Ping : POST- IT Julio CORTAZAR : Nouvelles, histoires et autres contes | Lire pour écrire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s