Octaèdre, de Julio Cortazar

Octaèdre

couverture du recueil

Octaèdre, 8 nouvelles. Il s’agit ici d’une autre facette de la réalité, d’une façon de voir le monde qui diffère des lieux communs. Le quotidien revêt des allures fantastiques dans sa narration, les ellipses, le caractère inexplicable des situations.

Cependant il n’y a rien de fantastique. Tout est plausible, les histoires jouent sur un aspect psychologique, pour amener à entrevoir la réalité autrement.

  • Liliana pleurant, le fantastique de la vie rêvée qui, heureusement, n’arrivera pas.
  • Les pas dans les traces, où un critique littéraire découvre, en rédigeant une biographie, la rançon du succès.
  • Manuscrit trouvé dans une poche, un jeu de hasard qui cache la lâcheté d’agir
  • Été, un fantasme de malaise qui prend corps, et signe la fin d’une relation amoureuse.
  • Dans le récit Là, mais où, comment, l’auteur décrit une obsession : son ami disparu le hante en rêve, mais c’est comme s’il était encore en vie ailleurs, mais toujours sur le point de mourir.
  • Lieu nommé Kindberg, où vivre le présent et bâtir son avenir se rencontrent.
  • Les phases de Severo, séance de spiritisme.
  • Cou de petit chat noir, le jeu de mains dans le métro, qui finit d’une façon inattendue, dans les ténèbres parsemées de griffures menaçantes…
Publicités

A propos Erick

INFP, en transition : écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Livre, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s