La nuit face au ciel (Julio Cortazar, recueil « Fin d’un jeu »)

 

Noche de luna llena - Full moon night by Luz Adriana Villa A., on Flickr

Crédit : Luz Adriana Villa A. – http://www.flickr.com/photos/luchilu/677786684/

A Paris, un motard goûte à l’ivresse de la vitesse, se remémorant un rêve, qui revient par bribes, se précisant sans cesse, les détails allant jusqu’aux sensations, la peur du sacrifice sur l’autel Aztèque, le goût de la sueur, la lumière et la chaleur des torches.

Et la réalité et le rêve, si parfaitement alignés, indissociables, si ce n’est par la raison, car il est bien à Paris. Est- ce le souvenir de sa vie antérieure?

Un chef- d’œuvre de Cortazar, qui m’a amené à explorer ses recueils de cauchemars, tapis sur le papier.

Alors en classe de troisième, mon professeur de français nous avait lu une nouvelle, dans le même ton que « Le livre de sable » de Borgès.

Fin narrateur, je m’étais aisément plongé dans cette nouvelle. L’ambiance du rêve, en milieu tropical, avait tout pour rappeler mon quotidien, en Guyane. Et persistait l’idée qu’il n’était pas simple, en plein rêve, de savoir que l’on rêvait. Car si même les sensations étaient trompeuses, à quoi se raccrocher pour définir la réalité, et borner le territoire de l’imaginaire?

Vie parisienne

En direction de son rendez- vous, le héros percute, à moto, une piétonne.

« Vous l’avez à peine touchée, mais le choc a projeté la moto de côté … »

L’ambulance l’amène à l’hôpital où on l’anesthésie, avant de l’emmener en salle d’opération.

« L’homme en blanc s’approcha de lui de nouveau, en souriant il tenait à la main quelque chose qui brillait. »

Rêve Amazonien, antique

Dans son rêve, il est un Motèque, poursuivi par les Aztèques. Conscient qu’il rêve, il est indisposé par les odeurs qui rendent ce rêve si réel.

« Les choses étaient […] réelles et douces, et, aussi légèrement répugnantes, un peu comme un film ennuyeux mais où l’on reste parce que dans la rue c’est  encore pire. »

La réalité, et la fiction

Réveillé, ce n’est que pour sombrer de nouveau dans le cauchemar de cette chasse à l’homme, où les Motèques se font capturer, de futurs sacrifices…

« Il essaya de se rappeler le moment de l’accident et il dut s’avouer avec rage qu’il y avait là comme un trou, un vide qu’il n’arriverait pas à combler. »

Depuis l’accident, il semble happé par l’univers du rêve, si réel, avec ses odeurs, sensations de peur et de température si authentiques.

« Il entendit au loin le bruit des tambours de la fête qui semblait s’infiltrer entre les pierres du cachot. »

« Il vit s’ouvrir la porte à double battant et l’odeur des torches lui parvint avant leur clarté. Ceints du pagne rituel, les acolytes du prêtre s’approchèrent de lui en le regardant avec mépris. »

« On l’emmenait maintenant, on l’emmenait, c’était la fin. »

Capturé pour être sacrifié, il est amené dans une pièce où, face contre ciel, il attend dans la nuit son sacrifice.

Alors il revient à lui, dans l’hôpital, mais son retpour n’est que bref, et il bascule dans le songe une dernière fois.

Alors l’histoire bascule. Le songe, plus sensuel, plus porteur de réalité sensorielle, se révèle être sa réalité.

Mon avis

L’importance de cette nouvelle réside dans l’inversion en chemin de la réalité et du songe. Le monde actuel, de Paris, se révèle flou, la chronologie comporte des zones d’ombre, et tout s’apparente à un récit de roman.

Le rêve, par opposition est riche en tant que catalyseur d’émotions : la peur, les odeurs, la lumière, la température, la pression.

Publicités

A propos Erick

Diététicien, INFP, yogi coincé, coureur amateur. Buts: écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans nouvelle, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour La nuit face au ciel (Julio Cortazar, recueil « Fin d’un jeu »)

  1. Ping : Articles à venir… | Du thé sur le canapé

  2. Ping : Les armes secrètes, de Julio CORTAZAR | Du thé sur le canapé

  3. Ping : Julio CORTAZAR : rites (Nouvelles, histoires et autres contes) | Du thé sur le canapé

  4. Ping : L’île à midi (Julio Cortazar, recueil “Tous les feux le feu”) | Du thé sur le canapé

  5. Ping : Fin d’un jeu, de Julio Cortazar | Du thé sur le canapé

  6. Ping : Cronopes et Fameux, de Julio Cortazar (partie 2) | Du thé sur le canapé

  7. Alex dit :

    Et Djoumâne de Mérimée?

  8. Elisa dit :

    Bonjour pouvais vous m’aider :
    Quelle est la situation initiale ?
    Montrez que le cadre spatio-temporel est étrange et imprécis ?
    En quoi cette nouvelle appartient au genre fantastique ?
    Étudiez la composition de la nouvelle ? Décrivez succinctement des deux mondes ? Comment s’effectuent les transitions ?
    Quels sont les points communs enrez les 2 mondes ?
    L’atmosphère créée dans la nouvelle est elle inquiétante ? Justifie !
    Montrez que la situation final du récit peut recevoir plusieurs interprétations ?

    • Erick dit :

      Bonsoir Elisa,
      Avez- vous lu la nouvelle? Mon article la commente, et vous pouvez vous en inspirer pour répondre aux questions. Cela dit, je ne vais pas faire votre dissertation pour vous, hein.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s