Les discours du Pince- Gueule, de Julio Cortazar

12 textes, associés aux dessins de Julio Silva, peintre ami de l’auteur, collaborateur de Silvalande.

Douze textes en français, étranges, difficiles à comprendre. Un ton guilleret, jouant sur les mots. Voilà tout.

On dessine une petite étoile

Un simple geste, dessiner une étoile, et il y a la connotation du juif qui est discriminé, pour d’obscures raisons chirurgicales. Mais celui qui dessine, qui ordonne, serait- il libre de toute décision, ou plutôt englué dans un système qui lui commande ses actes ?

Et non et non et non

Monsieur Silicose veut une fourmi. Mais c’est une concession, devant le refus du narrateur de lui offrir des fourmilières. Serait- ce une famille de tamanoirs ? Il s’en moque, à le narguer devant chez lui, avec cette fourmi qu’il lui montre à distance. Absurde.

Façon très simple de détruire une ville

Et tout aussi absurde. Digne de Tex Avery, le nuage pétrifié qui s’écrase sur la ville.

Petit déjeuner

Un remue ménage de dénominations, dans cette famille ou personne ne s’appelle par son vrai titre (frère, sœur, chien, maman, grand- père …) et appelle autrui d’une façon inappropriée.

Refusé par Maggi et même par Knorr

Une recette de soupe de gilets à la bénédictine, pour le plus grand plaisir de son chien.

On est plus conditionné qu’on ne pense

Où le petit Victor, qui lit décidément trop lentement l’ascension de l’Annapurna par Banotti, cause la disette de ce dernier, qui s’impatiente et chute, au grand dam de Victor.

Tout ira plus ou moins bien jusqu’au jour où

Des jeux de mots, sur des machines humanisées.

« S’il vous arrive d’avoir le vague à l’âme, cramponnez- vous à votre frigo, voire à votre moulin à café, ces bouées garanties un an, parfois deux. »

« […] ma voiture fume. Mais si, mais si, elle fume, et en plus des Gitanes, c’est à ne pas y croire. »

Valse viennoise à l’Opern café

Une ambiance allemande, où l’auteur capte depuis la salle de cinéma les bruits du dehors, qui se mêlent à l’action du film.

Où j’habite

Très court texte sur une maison- œil, et le paysage qu’il y voit.

La protection inutile

L’intérêt réside dans la recherche des indices, qui est menacé, qui veut- on protéger. Mais cela reste anecdotique.

Des choix insolites

« Comme il n’est pas convaincu on commence à se demander s’il ne devrait pas faire l’objet d’une interdiction de séjour.
on le lui a laissé entendre, comme ça, gentiment.
Il a dit : « Dans ce cas, je prends la banane. »
On se méfie, c’est tout naturel. »

Les discours du pince- gueule

On  ne saura ce qu’est un pince- gueule, si ce n’est que ses bavardages onomatopéiques sont l’objet de disputes s’ils sont mal compris après examen, mais sans gravité aucune.

Publicités

A propos Erick

Diététicien, INFP, yogi coincé, coureur amateur. Buts: écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Livre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s