Tété : L’air de rien (CD)

Cover of "L' Air De Rien"

Cover of L’ Air De Rien

Le vague à l’âme, pas de travail, la tristesse, les larmes séchées par l’air sec et froid de Paris

Bref, c’était pas la gaieté, et Sandra, quand elle m’a offert ce disque, m’a apporté de quoi adoucir et enluminer mon univers …

L’air de rien, folk facile et percutant

Difficile de comprendre comment, avec les possibilités qu’offre la richesse du vocabulaire français, qu’il n’y ait pas plus de chansons à texte simples, entêtantes, musicalement recherchées sans exclure le profane.

Des Bénabar, Tété, Louise Attaque, il en faudrait plus au devant de la scène, afin d’éclipser les Laurie (mais j’adore cette musique pêchue et commerciale!), Wallen, M. Pokora (même si je ne déteste pas vraiment ceux- ci, mais du texte et de l’originalité, s’il vous plait les gars!).

Tété, c’est du folk, du blues, à l’époque où Daddy Nuttea perçait avec « Elle me rend dingue avec son poom poom short », sans oublier Disiz la peste dans un autre registre (« J’pète les plombs, putain, j’pète les plombs! »).

De la fraîcheur, une certaine innocence, dans des ballades qui s’écoutent sans discontinuer, une harmonie qui coure le long des 14 titres de l’album, entre amusements et blues.

  1. Le meilleur des mondes

    A chanter à tue- tête. Une chanson triste mais chantée gaiement, comme pour indiquer qu’il ne sert à rien d’insister, personne ne remarque la misère banale.

    Des immigrés qui découvrent que l’El Dorado n’est qu’une chimère, et que la misère n’est que différente, mais pas absente dans ce « meilleur des monde ».

    On peut légèrement s’interroger sur la difficulté d’immigrer clandestinement, de l’accueil fait à ceux- ci, ils ne peuvent qu’être déçus, après tout le mal donné pour parvenir au pays inaccueillant, qui a lui aussi déjà ses problèmes à régler, et qui ne peut les voir que comme un problème supplémentaire.

  2. Passage Brady

    Le passage Brady, ça reste pour moi les restaurants indiens bon marché de ce passage parisien, où on allait, Joël et moi, le midi. Le cheese naan, le curry simple, le gâteau barfi…

    A l’époque, on n’avait peu de sous, pas assez pour critiquer la qualité des repas.

    Mais la chanson ne parle que d’un drogué, un alcoolique qui écume les bars, accompagné de sa solitude éthérée.

    Un peu triste, l’air, mais la mélodie efficace tranche avec le titre suivant.

  3. Love love love

    D’un coup, le silence.

    « Ouh! J’aimerais que quelqu’un m’ouvre grand ses bras,
    que je m’y fiche, que je m’y loge,
    que je m’y niche (tou-tou-tou-tou-tou),
    que l’on m’ouvre enfin,
    que je m’y love love love … »

    Le niveau est relevé, par cette ode à l’amour, enfin au désir d’être en amour avec quelqu’un de généreux, avec un cœur spacieux. L’un de mes moments préférés, lors de l’écoute de ce CD.

  4. Me ressourcer

    La guitare, calme, apaisée, du folk, puissament soutenue par la batterie calme et la guitare basse.

    « Rester serait mourir un peu.
    Rester serait …
    Comme une sorte de désaveu.
    Oh,  mais partir c’est comme retrouver ses sens,
    c’est comme …  une seconde naissance …
    Et quand je n’en pourrai plus …
    je viendrai me ressourcer … »

    Là, difficile d’élever la qualité musicale, Tété atteint la perfection avec ce folk joyeux, qui s’éternise à répéter la même mélodie, les mêmes paroles, simples et entêtantes.

  5. Le magicien

    Et pourtant, il le fait! Qualité soutenue, pour cette guitare classique frappée, s’alliant à la voix de l’artiste. Un air à la Pow- Wow, tout en simplicité, se répétant tout en innovant à chaque strophe, les rimes empêchant de rompre l’écoute.

    A noter que le magicien ne fait que de la magie simple mais percutante : transformer le blé en pain, changer les sentiments …

  6. Dodeline

    Là encore, un air qui trotte dans la tête!

    Quand tu dodelines ça fait « clicking- ki-ting »! (X 2)
    C’est marrant, ça marque le temps, mais c’est gênant quand il y a des gens.

    On reste dans le désir d’amuser, de faire la fête.

  7. Le bonheur

    La mélodie s’essouffle, difficile il faut dire de succéder aux titres précédents. Celui- ci reste dans le folk, en abordant les regrets des occasions manquées  :

    « Ça ne se présente jamais deux fois. »

    Le niveau est donc impossible à soutenir, mais on demeure dans le plaisir accordé par une bonne écoute.

  8. Cousin Willy

    Pour moi, cela reste une référence à Willy, le frère de mon ami Cédric. Accessoirement, il doit être possible de twister sur ce fond de guitare basse électrique, de batterie légère mais vive.

  9. L’air de rien

    Un autre tube! De la réussite scolaire et sociale. Une suggestion qu’il s’agit de sa propre vie, où ses échecs scolaires provenaient de son attitude non conforme.

    Il faut dire qu’est recherchée la capacité à rester en place, à se conformer aux attentes de ses professeurs, et à restituer souvent en évitant de réfléchir.

    « Quand mes camarades soignaient leur allure,
    j’enfilais mon air de rien.
    Fidèle à ma désinvolte nature,
    j’enfilais mon air de rien. »

  10. L’abominable Hyde

    La fin du disque est proche, il est difficile de ne pas introduire de face B pour faire du remplissage. C’est mon avis quant à ce morceau, dans le même ton que les précédents, mais sans recherche du côté des paroles.

  11. Honni soit

    Un air original, festif, qui, sur fond de saxophone, de triangle, de batterie et de guimbarde (ou sifflet pour enfant, je ne sais plus), annonce la fête, peu importe les tracas de la vie quotidienne.

  12. Les envies

    Ah! L’un de mes préférés, j’adorais twister dessus. Une chanson à texte, qui tourne tout en dérision, et qui joue sur les mots! Je n’en dis pas plus, à écouter!

  13. Aisé

    Une ballade sombre à la guitare, qui ne m’a pas convaincu. Les paroles sont recherchées, mais je sens que l’ambiance musicale du début s’est évaporée.

  14. Eleanor Rigby

    Que disais- je déjà, à propos des faces B? Un morceau de guitare, qui semble être une reprise, mais Tété devrait s’abstenir de chanter anglais avec sa french touch qui ne convainc pas ici.

    Au final

    Hé bien, encore un album à avoir dans sa discothèque! Je l’ai encore à portée de main, c’est fou la chaleur qu’il s’en dégage. Les amis ont vraiment bon goût …

Publicités

A propos Erick

Diététicien, INFP, yogi coincé, coureur amateur. Buts: écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Musique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s