Kyosuke Himuro : Collective souls, the best of best (CD)

Sur la pochette, le visage de Himuro Kyosuke, en noir et blanc, barré d'une croix.

Crédit : AMAZON.FR – Pochette de l’album d’Himuro Kyosuke

LA saga des vieilleries du passé. Au lycée, je sympathisais avec Fabien, féru du Japon, qui m’enregistrait une compilation de pop et rock japonais.

Plus loin, Aurore, à Lyon, allait m’aider à explorer plus encore la musique de ce vieux rockeur inconnu ici…

Kiss me et Jealousy

Kyosuke Himuro, c’était l’entrée en matière de la cassette audio, avec Kiss me, rock calme mais soutenu par une guitare électrique endiablée, lors des refrains.

Et juste après, Jealousy, démarrant sur les chapeaux de roues, la guitare électrique, la batterie, et toujours ces paroles auxquelles je ne comprenais rien! Souvenirs de ma passion pour le Japon, les mangas, les animés, la J-POP, les maki- sushis …

  1. Kiss Me (7 décembre 1992)

    Oui, 1992. Cela date. Alors avant de critiquer, comparez avec les clips français de la même époque. Voyez la différence de qualité!

  2. Jealousy (16 mai 1990)

    Commentaire plus haut.

  3. Squall (15 août 1996)

    Aucun rapport avec le héros de Final Fantasy 8. C’est ma chanson préférée, un rock électrique qui imite les vieux rocks des ’70, avec des paroles en anglais.

    Grand fan de Jojo’s Bizarre adventures, j’ai été impressionné par la gestuelle de l’artiste.

  4. Waltz (January 15, 1997)

    Pas ma préférée, un slow qui tranche avec les chansons précédentes.

  5. Stay (24 juin 1996)

    Il y a un grand passage à vide dans cet album. Bien qu’étant un des succès d’ Himuro, j’avoue n’y être pas sensible. La guitare électrique soutenue par la batterie avec une voix 100% japonaise, une chanson destinée pour son public et non pas pour l’étranger.

    Mais le synthé se laisse écouter.

  6. Heat (29 octobre1997)

    Bon là, je ne peux sincèrement rien défendre. Je zappe cette chanson horrible. Qui pourrait écouter ça de nos jours, même au Japon?

  7. Tamashii wo Daitekure (October 25, 1995)

    Apparemment, ça signifie « Serre l’âme dans tes bras ». Encore une chanson qui a mal vieilli. Peut- être que les paroles sauvent la mélodie. Je ne comprends pas le japonais.

  8. Missing piece

    OUAHOU!! C’est du grand art! Le synthé produit une mélodie qui accompagne la guitare électrique à la perfection. Une ballade rock qui restera dans mon cœur longtemps. Pour moi, ça parle d’amour et de solitude.

  9. Da tenshi ???

    Une autre chanson symphonique (au synthé, faut pas rêver), suit, la mélodie est époustouflante (en guise de final), mais impossible de retrouver ça sur youtube!!

  10. Re- born

    Encore un rock 100% japonais, alala!! Je zappe, c’est impossible à écouter!! Non retenu pour le best of de ses 20 ans de scène.

    Et puis, soudain, sa voix se fait plus sensuelle, discrète, et la musique s’apparente à celle d’OSS 117 ou de SHAFT. Court instant de plaisir musical, la chanson est vraiment inégale !!!

  11. Native Stranger (4 juin 1997)

    Du hard rock, en fait seulement la guitare électrique, Himuro conserve son style pour offrir un rock rythmé mais tout en douceur (vu ce qu’il est coutume d’écouter à présent).

  12. Pleasure skin

    Un rock sans intérêt, vite oublié après écoute.

  13. Drive

    Décidément, là, on enchaîne avec des musiques dignes de figurer dans Fast and Furious version Starsky & Hutch : à écouter dans une voiture classe, avec un volant recouvert de moumoute!!

  14. Wild at night

    Idem. On rejoint le style de AhA.

  15. Modern love

    Un morceau déjà plus agréable. Guitare électrique, synthé en toile de fond, une voix qui porte à poser une ambiance sombre mais pas désespérante. Sa troisième partie vaut le détour.

  16. Stranger

    L’autre révélation de l’album. Je n’ai jamais compris comment on pouvait manier la guitare électrique de façon à mimer une harpe, pour le son cristallin. La chanson déborde de pêche. Les reprises, après les refrains, sont conventionnelles, mais ça demeure un régal.

  17. 炎の化石

    LA ballade de l’album. Il m’arrive de ne le mettre dans mon lecteur cd que pour l’écouter, cette chanson qui démarre avec un solo de guitare électrique claire, douce, new- age presque. Les battements lents de la batterie annoncent Kyosuke, puis vient le refrain, rock plus dynamique, mais qui ne fait qu’interrompre la quiétude de la mélodie, pour ensuite lui laisser place. Des musiques dignes de Nicky Larson!

    Au final

    Un CD mitigé, avec une belle poignée de tubes que j’aime à ré entendre. Mais, une fois encore, cela ne risque pas de plaire à toutes les oreilles formatées.

Publicités

A propos Erick

Diététicien, INFP, yogi coincé, coureur amateur. Buts: écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s