De l’eau tiède sous un pont rouge, de Shohei IMAMURA

Jaquette du DVD

Crédit : amazon.fr – Saeko et Yosuke en couverture du DVD

Yosuke, cadre au chômage, en instance de divorce, décide de partir à la recherche d’un trésor caché dans un village de pêcheurs.

Sur place, il rencontre la jeune et belle Saeko, capable de sécréter une eau aux pouvoirs mystérieux lorsqu’elle éprouve un plaisir charnel.

Une fable poétique, sensuelle et drôle sur le plaisir par un maître du cinéma japonais.

(DVD aux éditions Montparnasse)

Vu sur ARTE

Je ne sais plus pourquoi j’ai regardé ce film. Le titre, sans doute. ARTE le diffusait, et j’ai été d’abord conforté par les codes du cinéma japonais à la KITANO : lenteur, les personnages sont définis peu à peu. Yosuke traîne au bord d’un quai, où un marginal (clochard) avec qui il avait sympathisé est mort.

Vu que rien ne le retient (son emploi perdu, il perd aussitôt son épouse!), il décide d’explorer la fable que le vieillard lui avait conté.

Il arrive donc à cette auberge, à côté d’un pont rouge. Il ne trouve pas le bouddha en or, mais rencontre une femme, étonnamment familière. La même qu’il avait rencontré dans une supérette, en train de voler du fromage, laissant une flaque d’eau collante après son passage.

Vous avez deviné ?

Bingo! Eh oui, c’est bien une FEMME FONTAINE !!

Yosuke cherche à en savoir plus sur cette eau mystérieuse, et sur sa kleptomanie, et alors qu’à l’étage, il questionne Saeko, celle- ci lui saute dessus, et le viole, avec des effets comiques d’eau jaillissant comme un geyser.

L’eau s’écoule du balcon, et, tombant dans la mer en- dessous du pont rouge, attire les poissons.

S’ensuit pour Yosuke la recherche d’un emploi, afin de continuer à chercher le bouddha en or. Il devient poissonnier, et grâce à Saeko, ils font des prises miraculeuses.

Métaphore du désir

Le désir de Saeko s’accumule, sous la forme de cette eau. Elle a besoin de Yosuke pour l’éliminer et se sentir mieux, sinon elle se sent gênée, car cette eau s’écoule d’elle sans qu’elle puisse la retenir.

Une femme fontaine étant rare, Yosuke devient jaloux, fragilisant leur couple naissant.

L’amour triomphe à la fin, le film garde son humour bucolique, et qu’importe que le trésor soit réel ou une métaphore de l’amour, Yosuke trouve la vie qu’il lui fallait, sans la rechercher réellement.

On retrouve dans ce film la notion de débordement amoureux. Un sentiment  qui n’est endigué que par l’amour sexuel fréquent. L’eau se tarit à force de rapports sexuels, mais n’est pas en lien avec l’amour que Saeko éprouve, ce que Yosuke va devoir comprendre.

Publicités

A propos Erick

Diététicien, INFP, yogi coincé, coureur amateur. Buts: écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Film, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s