Le Conte chaud et doux des chaudoudoux, de Claude Steiner et PEF

Couverture du livre

Crédit : amazon.fr

Découvert à l’université (en cours de qualité), ce court livre illustré par PEF (auteur de La Belle Lisse poire du prince de Motordu) est un conte psychologique, qui promeut les relations sociales gagnant- gagnant.

L’histoire

« Il était une fois, dans des temps très anciens, des gens qui vivaient très heureux. Ils s’appelaient Timothée et Marguerite et avaient deux enfants, Charlotte et Valentin. Ils étaient très heureux et avaient beaucoup d’amis. »

A côté d’illustrations paisibles (pastels), l’histoire se déroule avec des mots simples, à la manière d’un conte pour enfants.

On découvre vite le secret du bonheur des villageois : les chaudoudoux. Comme l’indique leur nom, ils étaient chauds et doux comme du coton. D’ailleurs, ils ressembles à des balles de cotons poilues.

Chacun, à sa naissance, recevait un sac complet de chaudoudoux multicolores, à échanger au fil du temps avec ceux à qui il voulait faire plaisir.

Car leur pouvoir est de transmettre le bonheur.

Quand soudain …

Eh oui, soudain, on entend parler de Belzépha, la méchante sorcière, qui n’apprécie pas le bonheur, qui lui empêche de vendre des filtres et potions (pour être heureux soit disant).

Alors, elle utilise son arme : la zizanie!

En suggérant (INCEPTION !!!) à Timothée qu’en donnant ses chaudoudoux, il en viendrait à en manquer, il les économise, et sous la pression de son épouse, lui avoue ses inquiétudes.

Qui se propagent au village.

Méfiance et froids- piquants

Les pastels du paysage deviennent obscurs. La méfiance s’est installée, alors les gens qui ne reçoivent presque plus de chaudoudoux dépérissent. Le commerce de la sorcière fleurit, mais les gens meurent de chagrin.

« Pourtant, la vilaine Belzépha  ne voulait pas que les gens meurent. Une fois morts, ils ne pouvaient plus rien lui acheter. »

Alors Belzépha distribue des froids- piquants. Leur effet est à l’opposé de celui des chaudoudoux, mais les gens cessent de mourir.

Le commerce

Le village est toujours terne. Les gens ne meurent plus aussi vite, mais leur moral est bas. Ils ne savent même plus à qui se fier, car lorsqu’ils reçoivent des chaudoudoux, il s’agit parfois de froids- piquants déguisés dans du coton.

Venant à manquer de chaudoudoux, les gens commencent à travailler dur, pour en acheter.

Renouveau

« Mais écoutez ce qui se passa. Une jeune femme gaie et épanouie, aux formes généreuses, arriva alors dans ce triste pays. »

Julie Doudoux distribue ses chaudoudoux sans compter, et fait le bonheur des enfants. Mais tous ne partagent pas cet engouement pour la nouvelle venue.

Des lois s’opposent à l’échange sans intérêt des chaudoudoux, mais les enfants résistent.

Finalement, on ne sait qui, des grandes personnes ou des enfants,  gagne, la fin est ouverte.

Mon avis

Ce livre court est un cadeau idéal, allant de pair avec « La Vie en rose, mode d’emploi », de Dominique Glocheux. IL distille des idées de relations sans a priori, sans contrainte, et c’est un régal.

La sorcière Belzépha m’a fait pensé au commerce. Le produit n’est pas bon, personne n’en veut, alors il faut en faire la publicité, et créer l’envie, même s’il faut bâtir sa réussite sur une vie moins agréable pour les consommateurs.

De plus, le commerce des chaudoudoux me semble une métaphore du travail censé acheter le bonheur, comme source d’épanouissement. Les dessins expriment bien la détresse des villageois, qui changent leur vie paisible en enfer, dû à la perte de leur confiance mutuelle.

Les chaudoudoux restent mystérieux. Ils se raréfient par la méfiance, et sont indénombrable à chaque échange sans contrepartie. Belle métaphore du bonheur, qui s’auto- reproduit!

Publicités

A propos Erick

INFP, en transition : écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Développement personnel, Livre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s