A bord du Darjeeling limited, de Wes Anderson

The Darjeeling Limited

The Darjeeling Limited (Photo credit: Wikipedia)

Trois frères voyagent à bord du train Darjeeling Ltd. Quête spirituelle ? Mission à faire avant d’être père? Désir de retrouver leur mère ? Ce voyage va rapprocher les frères, leur permettre d’exorciser des problèmes du passé, et de faire le deuil de leur père.

Un récit en désordre

Ils sont dans le train, sans qu’on sache pourquoi. Le film n’explique que par flashes- back, qui se font attendre. On est prié de continuer le voyage avec les frères, en remplissant les zones d’ombre au fil du voyage.

La fratrie solidaire

En fait, il s’agit d’une course effrénée. Le grand frère, Francis (Owen Wilson) a un programme à faire faire à ses frères, Peter (Adrian Brody) et Jack (Jason Schwartzman) qu’il a embarqué sans leur expliquer.

Il a subit un accident.

Francis : Je vais commencer par vous remercier tous les deux d’être ici. Merci.
Jack : Merci à toi.
Francis : Vous êtes les deux personnes les plus importantes au monde pour moi. Je vous dis ça pour la première fois mais c’est vrai. Et je voulais que vous le sachiez. Je t’aime Peter.
Peter : Merci.
Francis : Je t’aime, Jack.
Jack : Moi aussi je t’aime.

Un voyage initiatique, cliché de 68

Ce film dépeint l’Inde comme un territoire de hippies, immense, coloré. On ne sort pas des clichés, le voyage est censé changer quelque chose dans leur vie, d’où l’Inde dans le choix du pays. Apparemment.

Francis : Comment on en est arrivés là ? Pourquoi on ne s’est pas parlés depuis un an? Prenons un engagement!
Peter/ Jack : Pour faire quoi ? / D’accord …
Francis : A, je veux qu’on redevienne frères comme on l’était autrefois. Je veux qu’on arrive à se trouver et à créer des liens entre nous. On est d’accord avec ça ?
Peter/ Jack : Mouais …
Francis : B, je veux qu’on fasse de ce voyage une quête spirituelle, où chacun de nous cherchera un inconnu et où il apprendra à le connaître. On est d’accord avec ça?
Peter/ Jack : Mouais …
Francis : C, je veux qu’on soit complètement ouvert, qu’on dise oui à tout ce qui se présente, même si c’est choquant et pénible. On est d’accord avec ça?
Peter/ Jack (se regardant) :  …

Un film en miroir

La scène de début répond à la scène de fin. Bill Murray rattrape le train Darjeeling Ltd en courant, et il en ira de même pour les frères.

Cette symétrie répond en tous points à la durée du film : 90 minutes.

Partie 1 : le voyage planifié

C’est Francis qui fixe les règles. Il y a un programme de visites, les deux frères peuvent brièvement sortir du cadre imposé, mais tout est coordonné.

Tout est planifié par Brendan, l’assistant mystérieux de Francis, depuis l’heure du lever, du repas, jusqu’aux activités quotidiennes!

Des accrocs au cadre sont provoqués par le réveil des rivalités entre frère.

Jack a osé séduire la serveuse du train, à la barbe du barbu de contremaître (tout de même suspicieux).

Peter achète un serpent venimeux car on le lui a proposé, et d’après les règles, il doit dire oui à tout ce qui se présente à lui.

Leur père est mort, et Francis a déjà organisé le partage de leur héritage, sans les consulter, ce qui révolte le cadet, Peter,  qui se rebelle enfin.

L’ordre établi par Francis s’écroule enfin. En pleine bagarre entre Francis et Peter, le barbu fait irruption. Il a retrouvé le serpent, qui s’était échappé de leur cabine. Ils sont donc expulsés. Francis se moque par ignorance de son assistant, qui démissionne.

Point de rupture

Laissés à une station de train au milieu de nulle part, les trois frères suivent un sentier, passent la nuit dehors autour d’un feu, où ils font la paix.

Quand l’embarcation d’enfants, sur un radeau, chavire, les frères tentent de les sauver, mais l’un des enfants meurt. Ils ramènent donc le corps à la famille, sont accueillis dans le village, et découvrent une autre facette de l’Inde : l’hospitalité.

Seconde partie : la recherche de réponses

Retour sur le passé. Leur père est mort. Peter fait une fixation sur la voiture de son père, en réparation, qu’il souhaite récupérer pour aller à l’enterrement.

Impossible à démarrer, les trois frères abandonnent et rejoignent l’enterrement, avec d’autant plus de frustration pour Francis que sa mère, au téléphone a mieux à faire que quitter l’Inde.

Le parallèle est fait avec la cérémonie de l’enfant, qui permet aux frères de faire leur deuil.

Retour à la civilisation. Les frères rejoignent la retraite de leur mère. Elle les accueille, mais justifie sa conduite face au décès du père. la mère apprend à ses fils qu’ils doivent vivre leur vie sans espérer l’appui de leur parents, qui n’existent plus, car ils sont adultes, maintenant.

La nuit passée, la mère s’en est allée à son devoir. Les frères réussissent à gagner le train, au pas de course, se défaisant ultimement de leurs lourds bagages, pour y accoster.

Peter va affronter sa paternité. Les frères se sont réconciliés. Les excès sont tempérés, l’amitié fraternelle est installée.

Et ça sert à quoi tout ça ?

Les bagages symbolisent les entraves dans les vies de chaque frère.

Le voyage initiatique ne se départit pas d’un esprit hippie. Ca fait cliché. On peut s’étonner, mais pour un film commercial, distiller un message est déjà beaucoup.

Le désordre de la fin du film symbolise l’abandon de la norme, cristallisée par le « programme » de Francis. C’est de la spontanéité, et ce film véhicule qu’il faut profiter de l’instant, ne pas s’accrocher au passé qui retient (décès, programme non respecté).

La mère est l’opposée de la vie cadrée de Francis, qui n’en est sorti brièvement que par l’accident, qui lui aura ouvert les yeux (décision du voyage) mais trop brièvement (organisation chronométrée du voyage).

Les frères semblent changer leur vie en mieux, en fin de film. Cependant, est- ce durable? Il faudra bien retourner à sa vie d’avant.

Le positif du voyage est d’apporter une vision différente à chacun. Peu importe la suite, on peut penser que le changement perdurera.

Publicités

A propos Erick

INFP, en transition : écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Développement personnel, Film, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s