Il meurt lentement = Tu seras un homme, mon fils?

Poème de Pablo Neruda remanié via internet, « Il meurt lentement » reprends l’idée de « If » de Rudyard Kipling :

  • Désigner ce qui permet de se réaliser, de devenir réellement soi- même
  • en pointant les obstacles à chaque étape du chemin : euh, non, ça, ce n’est pas fait!

Car contrairement à « If », « Il meurt lentement n’est qu’une liste de facteurs limitants. Aucun mot sur les raisons de ces limites, là où Kipling exposait à son fils chaque danger lors de chaque étape du chemin.

« Si tu peux rester digne en étant populaire
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois[…] »
(If)

Le poème

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui!
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement!
Ne te prive pas d’être heureux!

Le bonheur à portée de main

Le poème donne du baume au cœur, assez vite, car il est aisé de s’identifier contre l’image de celui qui meurt lentement. Qui n’a jamais écouté de musique? Qui n’a jamais parlé à un inconnu?

Bien entendu, le message se veut plus profond. Cependant, il ne fait que survoler les éléments visant à rester en vie.

La vie, la mort

Qu’est- ce qu’être en vie? Le poème décrit le chemin qui éloigne de la vie.

La vie, c’est donc :

  • voyager, lire, écouter de la musique, trouver grâce à ses yeux : à la fois s’ouvrir de nouveaux horizons, s’essayer à de nouvelles sensations, et aussi résister à l’impression de tout connaître, passé un certain âge, d’être blasé;
  • protéger son cœur, son amour propre, et se laisser aider : reconnaître sa valeur d’être humain, et ne pas nier l’apport de celle des autres;
  • ne pas être routinier, parler à un inconnu : se mettre en danger, oser, se risquer au- delà de sa zone de confort;
  • s’ouvrir aux émotions : l’amour comme la douleur;
  • ne pas persister dans une vie insatisfaisante, oser suivre son instinct, oser initier un changement.

Bouillon de poulet pour l’âme

Ce poème est donc plus, en mon sens, un réconfort, une consolation, telle que décrite par Stig Dagerman.

Ce n’est pas un moteur de changement. Voilà pourquoi je n’en suis pas satisfait. C’est le genre d’écrit qui aide à se porter mieux, sur le moment, en éclipsant les raisons de son mal être. Comme faire du shopping pour passer le temps, regarder des programmes télévisuels, ou faire des activités de « remplissage » pour passer le temps.

L’idéal serait de ne jamais être en repos, si cela pouvait motiver le changement vers un autre soi- même nous convenant plus. Cependant, il est facile de se contenter d’une vie non pas heureuse, mais au moins sans tracas.

Je ne connais pas de changement qui ne soit risqué ni handicapant ni inconfortable ni désapprouvé par son entourage.

Peut- être que le changement des habitudes, qui est difficile, induit que même si l’on est dans une situation inconfortable, dès que l’on a atteint un équilibre, il est difficile de se déséquilibrer volontairement avant d’atteindre une vie plus conforme à ses attentes. Comme si se mettre en danger, pour son propre bien, était antinomique.

Publicités

A propos Erick

INFP, en transition : écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s