L’Histoire sans fin, de Michael Ende (Introduction)

Couverture du livre

Crédit : amazon.fr

L’histoire sans fin, ce restera pour moi la course à la lecture contre ma grande sœur. Qui finirait le livre en premier? A cette époque, la lecture était l’un de mes loisirs préférés. Une porte sur un autre imaginaire.

Ce livre est la mère de beaucoup des concepts de mon imagination :

  • Le pays des portes, dont on ne peut sortir qu’en ayant une destination précise en tête,
  • Gmork, le voyageur qui n’appartient à aucun monde,
  • Goab, le désert des couleurs,
  • l’énigmatique petite impératrice,
  • le sacrifice des souvenirs, et le destin des anciens empereurs,
  • l’ambivalence du pas fantastique, dont les frontières sont à l’intérieur (d’où ma conception de l’univers)
  • le savoir absolu mais stérile de la vénérable Morla, désespérée,
  • Ygramul, la mort qui ôte toute limite,
  • la maison plus grande à l’intérieur qu’à l’extérieur, qui ne cesse de changer de forme …

Le film : Déception !

The Neverending Story … non, je ne parle pas du film. D’accord, c’était plaisant de voir une réponse à ce que je m’étais imaginé.

Oui, il était impossible de condenser le livre en une heure et demi. Oui, la première partie de l’histoire est respectée. Mais où est la suite ?

Même lorsqu’une série télé a été annoncée, je n’ai pas retrouvé cette seconde partie, comme si la maturité du livre empêchait définitivement sa transposition à l’écran.

Un bref résumé

Bastien se fait martyriser. Il dérobe un livre ancien, qui l’attire, puis se cache au grenier de son école, où il se passionne pour l’histoire, jusqu’à être forcé d’y pénétrer.

Le pays imaginaire étant sauvé par Bastien, il en devient l’empereur. Profitant de son pouvoir, il façonne ce monde selon ses désirs. Mais bientôt, il tente de s’approprier le pays imaginaire, avant de constater que le cadeau de la Petite Impératrice le menace, personnellement. Pourra- t- il quitter ce monde dangereux ?

Oui, c’est bien un livre pour enfant, et maintenant que je suis adulte, je compte bien percer le secret de la petite impératrice, le mystère de ce monde!

Introduction : livres d’occasion

Bastien se fait martyriser. Poursuivi, il se cache dans une boutique de livres d’occasion, tenue par Karl Konrad Koreander. Cette rencontre de Bastien Balthasar Bux avec ce triple K crée un lien mystérieux.

Lorsque le vieillard reste évasif quant au livre qu’il tient à l’écart, Bastien, piqué de curiosité, le lui dérobe et s’enfuit sans réfléchir, pour se terrer au grenier de son école.

Bastien considéra le livre :
« Je voudrais bien savoir, se dit- il, ce qui se passe réellement dans le livre tant qu’il est fermé. Il n’y a là, bien sûr, que des lettres imprimées sur du papier, et pourtant – il doit bien se passer quelque chose puisque, quand je l’ouvre, une histoire entière est là d’un seul coup.

Le pays fantastique en péril

Porteur d’un message, un feu- follet rencontre un  mangeur de pierre, un tout- petit, et un elfe nocturne. Hésitants, ils constatent que leur mission est la même : alerter la Petite Impératrice : le néant ronge le pays fantastique.

« Sur toute la superficie de cet Empire Fantastique illimité, il n’existait pas un être contre lequel elle eût besoin de se défendre. il y avait à cela une raison que nous apprendrons bientôt. »

« […] la Tour d’Ivoire, cœur du Pays Fantastique et lieu de résidence de la Petite Impératrice. »

« La Petite Impératrice, commença le Tout Petit à voix basse, est malade, très, très malade. peut- être est- ce là la cause de ce malheur incompréhensible qui a fondu sur le Pays Fantastique. »

Le cadre est posé, ce qui entraîne nécessairement une quête pour guérir la Petite Impératrice, et sauver ce monde. Des questions et des réponses s’ouvrent déjà à nous :

  • La Petite Impératrice n’a à craindre aucun être du pays imaginaire. Sans doute est- ce parce qu’elle est l’essence même de ce pays. Aussi, il n’est que l’expression de sa réalité intérieure. Ce qui explique qu’elle soit malade et que le pays soit rongé par la disparition de parties du royaume. Est- elle en train de perdre son identité ? la suite fournira les réponses.
  • la Tour d’Ivoire laisse penser à un havre de réclusion. Cependant, tous peuvent y accéder. Elle est sans doute la marque du centre de l’empire. L’Impératrice n’est de plus pas recluse. Il est difficile de comprendre à quoi sert une forteresse qui ne défend rien? Déjà, il apparait que bien qu’accessible, nul ne peut la voir sans permission. Cela lui donne un caractère subtil d’accessibilité déclinée de par le protocole, les usages. C’est plus une barrière morale qui sépare les créatures de l’Impératrice.

Le recours à Atreju

J’ai confirmation de mes suppositions :

 » [La Petite Impératrice] était le noyau de toute la vie du Pays Fantastique. Et chaque créature […] n’était là que grâce à sa présence à elle. »

Les 499 médecins de Phantasia peinent à comprendre la maladie. A peine voient- ils un lien entre son mal sans symptôme et la disparition de fragments du Pays Fantastique.

Cairon, le 500ième et plus grand des médecins, se présente à eux, porteur de l’AURYN, le symbôle du pouvoir dela petite impératrice.

Ce cercle, formé d’un serpent blanc qui mort la queue d’un noir, réclame que celui qui le porte soit impartial, et reste un observateur objectif du monde.

Cairon, pour respecter la volonté de la Petite Impératrice, va trouver Atreju, un jeune garçon d’une tribu de chasseurs. Celui- ci prend connaissance du drame et acceptela mission.

Bastien, en lisant l’aventure, y voit des similitudes. Sa mère aussi était atteinte d’une maladie inexplicable.  Et Atreju a aussi été élevé sans parent (même si Bastien a encore son père).

L’AURYN, symbole respecté, donne un pouvoir, dont il ne faut pas faire usage. Il réclame un esprit indépendant, suffisamment fort pour trouver en lui- même ses propres ressources. Un esprit doté de courage, et de bienveillance.

La vénérable Morla

Atreju est enfin confronté au néant. Des trolls arbres, qui ont été rongés par le néant, sauvent Atreju en l’empêchant de courir à sa perte.

En rêve, le héros est sans cesse confronté à sa proie, sans jamais pouvoir réussir à la chasser, paralysé mystérieusement.  Quand il renonce enfin à la chasse, le buffle lui indique la voie menant à sa quête.

La traversée des Marais de la désolation cause la perte d’Artax, la monture et ami d’Atreju, englouti par son désespoir. Atreju poursuit sa quête, et rencontre enfin la Vénérable Morla.

La tortue antique véhicule le désespoir, car, ayant tout vécu, elle n’y accorde plus aucune importance. Cependant, Atreju parvient à lui faire révéler le secret de la maladie de la Petite Impératrice.

« Vois- tu, petit, gargouilla la Morla, nous sommes vieille, beaucoup trop vieille. Nous avons vécu assez longtemps. Nous avons vu beaucoup trop de choses. Quand on sait autant de choses que nous en savons, plus rien n’est important. Tout se répète éternellement, le jour et la nuit, l’été et l’hiver, le monde est vide et dépourvu de sens. Tout tourne en rond. Ce qui est engendré doit retourner au néant, ce qui est né doit mourir. Tout s’annule, le bien et le mal, le sot et le sage, le beau et le laid. Tout est vide. Rien n’est réel. Rien n’est important. »

Bastien s’étonne des découvertes d’Atreju. La Petite Impératrice se meurt d’avoir un nom si ancien qu’il a été oublié. Et aucun être du Pays fantastique ne peut lui en donner de nouveau. Et le seul indice dont dispose Atreju est hors de sa portée, car trop éloigné. La créature pétrie d’ombre, elle, se dirige vers Atreju, lentement …

Ygramul, la multiple

Seul, Atreju se dirige vers une terre désolée, débouchant sur un abîme sans fond, territoire d’Ygramul la multiple. Pris dans sa toile, un dragon de fortune s’y débat.

Alors qu’il tente d’obtenir d’Ygramul la libération du dragon, afin de parvenir chez Uyulala de l’Oracle du Sud, trop éloigné, selon la Morla, Ygramul, ensemble d’insectes à la conscience commune, lui rétorque que le temps à considérer est celui qui subsiste à l’Impératrice.
Même à dos de dragon, le voyage serait trop long.

Atreju accepte donc le marché de l’araignée polymorphe : son venin ne lui laissera qu’une heure à vivre, durant laquelle il pourra se transporter au gré de ses désirs, dans tout coin du Pays Fantastique.

Une fois encore, l’ambivalence est à l’honneur. Toute créature semble digne de respect, et chaque aspect négatif parait porteur d’espoir.

Bastien, effrayé par la description d’Ygramul, pousse un cri, et le même cri est entendu par les personnages. Ce qui laisse penser que cette histoire n’est pas figée sur le papier …

Les deux solitaires

Le sort continue d’être favorable à Atreju, qui parvient chez un médecin, non loin d’Uyulala. Fuchur, le dragon de fortune, qui écoutait la discussion avec Ygramul, a choisi d’accompagner Atreju dans sa quête, en se téléportant lui aussi.

Une fois soignés, l’autre gnome solitaire mène Atreju à un télescope, d’où il aperçoit l’entrée de l’Oracle, gardée par deux sphinx.

Les trois portes magiques

Engywuck, le gnome scientifique, explique à Atreju qu’il y a 3 épreuves à passer avant d’accéder à Uyulala.

« La première s’appelle la Porte de la Grande Énigme. La seconde s’appelle la Porte du Miroir Magique. Et la troisième s’appelle la Porte Sans Clé … »

« Voici ce qui se passe : la seconde porte est seulement là quand on a franchi la première. »

Atreju s’en va donc affronter les épreuves, seul.
Les sphinx sont censés le figer dans un abîme de questions infini, s’il pénètre dans leur regard. Focalisé sur ses pas, il en oublie les sphinx, et passe ainsi la première porte. Cette épreuve le délivre de toutes ses peurs.

Atreju se trouve alors face au miroir magique, qui reflète celui qu’il est à l’intérieur. Or, la description du livre correspond exactement à l’attitude de Bastien, qui lit le livre dans le grenier! Cela révèle que Bastien et Atreju sont des avatars réciproques dans chacun des mondes.

En pénétrant dans le miroir, Atreju perd tous ses souvenirs. Ce qui le permet, aidé (sans doute) par l’envie de Bastien, de passer la troisième porte, qui ne peut s’ouvrir que si l’on n’en éprouve pas l’envie.

La voix du silence

Atreju parvient au palais d’Uyulala. Il découvre alors que l’Oracle est une voix sans corps, dont la vie s’étend jusqu’au silence. Lui donnant la réponse, Uyulala s’éteint, dévorée par le néant.

Atreju, éjecté du palais en ruine, retrouve les gnomes. Le désespoir d’Engywuck est à son comble :  le mystère de l’Oracle est résolu, mais il n’est plus d’aucune utilité, ayant disparu.

Atreju quitte ainsi les gnomes, qui fuient le néant, en s’envolant sur Fuchur, vers les limites du Pays Imaginaire, où il espère trouver le monde des Hommes, dont seul un enfant pourra donner un nouveau nom à l’Impératrice, et ainsi sauver Phantasia.

Il devient récurrent pour l’auteur de suggérer que les personnages rencontrés, comme Cairon le médecin – centaure, ou bien les gnomes, n’en auront pas fini de vivre des aventures, et qu’elles feront l’objet d’autres récits. Ainsi il donne une dimension infinie à son histoire, en y incluant l’imagination du lecteur, à l’épreuve des éléments qu’il lui fournit.

Au Pays des Canailles

Fuchur vole sans cesse, à la demande d’Atreju, qui recherche les limites du  Pays Imaginaire, afin d’atteindre le monde des Hommes. Fuchur lui explique que sa mission semblait limitée à apprendre la raison de la maladie, et qu’il n’était  peut- être pas dans son pouvoir de ramener le remède.

Atreju persiste, jusqu’à rencontrer les Géants des Vents, qui s’affrontent dans une épreuve de force. Ils leur apprennent que le Pays Imaginaire, qu’ils quadrillent à eux quatre, n’a pas de limite.

Avant de pouvoir regretter les recommandations de Fuchur, les deux amis sont séparés par la tempête du combat. Atreju perd l’AURYN. Il suit une procession étrange, pour comprendre que le néant est à l’œuvre, hypnotisant et annihilant la foule. Atreju lutte et parvient à s’enfuir, vers une ville abandonnée.

La ville fantôme

Atreju rencontre le loup- garou qui était à ses trousses.On apprend qu’il était chargé d’empêcher sa mission, par des puissances mystérieuses.

Atréju apprend la vérité sur le néant. En y plongeant, une créature du Pays Fantastique arrive au pays des hommes, mais elle est transfigurée en mensonge.
Ces mensonges empêchent aux hommes de croire au Pays Fantastique. La guérison de l’Impératrice semble impossible.

Gmork, le loup- garou, avant de mourir, coince Atreju dans cette ville en proie au néant, en l’entravant de ses crocs.

L’envol vers la tour d’ivoire

Fuchur, en quête de son ami, retrouve l’AURYN, sous l’eau. Risquant sa vie, il récupère l’emblème, qui dès lors le guide vers Atreju. La puissance de l’amulette finit par venir à bout des crocs du loup- garou.

S’envolant vers la tour d’ivoire, bravant le néant qui leur ferme la route, les compagnons retrouvent un palais abandonné.

Atreju vient à la rencontre de l’Impératrice. Alors Bastien, le lecteur, aperçoit le visage de la Petite Impératrice, bien qu’aucune description claire n’en soit faite dans le livre. Dès lors, il comprend quel sera le nom qu’il lui donnera : l’Enfant- Lune.

La Petite Impératrice

LA Petite Impératrice révèle la nature de sa quête à Atreju, déçu de ne pouvoir aller chercher le sauveur. Par ses aventures, il a attiré l’attention d’un lecteur, Bastien, dont la présence s’est incluse dans l’histoire. Faisant déjà partie de l’histoire sans fin, il ne reste qu’au sauveur à se manifester, en sauvant le Pays Fantastique.

Bastien hésite à croire que l’histoire s’adresse réellement à lui. Ce n’est pas possible. Et il n’a rien d’un héros, il redoute le regard de l’Impératrice.

Alors l’Impératrice part en quête de son opposé, une quête interdite qui risquera la perte du Pays Imaginaire.

Mon avis

Cette première phase de l’histoire raconte la quête d’Atreju, périple qui, à chaque aventure, en soulève de nouvelles, qui sont en suspens.

Les concepts abordés touchent à l’impuissance et au désespoir. Le monde, supposé infini, est impuissant face à la mystérieuse maladie. Son caractère infini semble s’être éteint, puisqu’au chevet de l’Impératrice se penchent des médecins de toutes les créatures connues du Pays Fantastique. Ce qui suppose qu’elles sont dénombrable, et donc que ce monde n’est pas infini, seulement étendu énormément.

Pour conjurer la maladie et le néant, un des symptômes de la fin proche de l’Impératrice, Atreju et Fuchur doivent aller au- delà des limites acceptables. Atreju se défait de son désir de chasse, de tout ce qui faisait de lui un Peau- Verte, afin de trouver la route de sa quête.

Le désespoir, la mort, l’inconnu, la perte de sa propre personnalité, toutes ces épreuves lui sont imposées, afin de le mettre face au caractère impossible de sa quête.

La Petite Impératrice, qui le délivre de sa quête, est incompréhensible. En expliquant ses desseins, elle aide surtout Bastien à comprendre son rôle dans l’histoire.

Et quand celui- ci ne se manifeste pas, elle décide d’utiliser la contrainte afin qu’il vienne à sa rencontre.

(Fin de la Première Partie)

Publicités

A propos Erick

Diététicien, INFP, yogi coincé, coureur amateur. Buts: écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Livre, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’Histoire sans fin, de Michael Ende (Introduction)

  1. Ping : L’histoire sans fin (partie 2) | Du thé sur le canapé

  2. Ping : L’Histoire sans fin, de Michael Ende (dernière partie) | Du thé sur le canapé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s