Tous les feux le feu (Julio Cortazar, recueil « Tous les feux le feu »)

Titre incompréhensible. Représentatif de cette nouvelle.

Trois histoires, imbriquées, qui finissent par être indissociables. En apparence, rien de fantastique.

Mais lorsque les nombres scandés au fond du téléphone, prennent sens, et que le feu se déclare, les histoires prennent fin, la fatalité est à l’oeuvre, les coupables affrontent les flammes réelles des passions qu’ils ont déchainées …

 

 

 

L’arène

Le Proconsul offre une joute de gladiateur à son épouse, sous les commentaires de Licas, son armateur, et de Urania son épouse et amie d’Irène, l’aimée du Proconsul. Mais le proconsul est- il sincère, quand il offre ce spectacle ? Marco, le gladiateur, jusqu’ici vainqueur, est aussi l’amant d’Irène. Peut- être que le proconsul souhaite faire passer le message à son aimée qu’on ne badine pas avec son homme ?

La séparation au téléphone

Jeanne téléphone à Roland. Elle sait pour Sonia, qui le lui a dit, non sans fierté, de se débarrasser d’une rivale. Il ne restait plus à Jeanne qu’à mettre un terme aux tromperies de Roland. Son refrain, elle ne l’écoute pas, usé au fil des réconciliations.

La conversation se déroule sous le bruit des nombres, un parasite sonore du fond du combiné téléphonique.

Les gladiateurs

Marco est face au Nubien, son adversaire dans ce combat. Sa victoire n’est pas assurée. Et Irène semble indifférente à son sort. Comme pour ne pas perdre la face, ne pas avouer l’intérêt qu’elle porte à Marco.

Mais quel rapport avec l’histoire de Jeanne, Roland et Sonia ? Les scènes sont à deux époques différentes, mais toujours avec un lien : l’amour bafoué, la dissimulation, la tromperie découverte et un châtiment.

La perte de l’amour

Pour Irène, tromper le Proconsul, c’est risquer de perdre son favori et amant. Et comme le Nubien le supplante, si elle ne s’y oppose pas, il sera mis à mort.

Pour Jeanne, c’est le suicide, en réponse à la énième tromperie de Roland. Les somnifères sont là dans sa main.

Cliquetis, accélération

« Décide- toi, dit Roland, à moins que tu ne veuilles me faire écouter tout l’après- midi ce type qui dicte des chiffres à je ne sais qui. Tu l’entends ? – Oui, dit Jeanne, on l’entend comme de très loin.« 

Ces chiffres, dictés du fond de la conversation, entre Roland et Jeanne, accélèrent l’action. Roland est mis face aux preuves accablantes de Jeanne, que Sonia est son amante.
Sonia est venue chez Jeanne jubiler, se moquer d’elle, lui dévoiler la vérité.
Et maintenant, sans doute se dirige- t- elle chez Roland, pour célébrer sa victoire.

Marco est en fâcheuse posture. Il n’a plus espoir de remporter la victoire. Comment se fait- il que les deux histoires soient à ce point synchrones ?

Jeanne, visiblement, prend les médicaments. Et Marco, qui réprimande Sonia, convoler en sa compagnie comme s’il n’y avait pas de cœur blessé, comme si tout était légitime.

Le proconsul a pris sa revanche sur Marco, et sur Irène. Même si sa victoire est amère. Et tout est achevé, comme le téléphone que Roland raccroche. Et l’impensable se produit.

Le feu qui s’embrase partout : les feux

Les amants, finalement révélés, s’endorment, cigarettes en extinction sur le cendrier. Mais cela enflamme bientôt un tapis, et le feu se répand dans l’appartement.

Les flammes se manifestent aussi dans l’arène, prenant en tenaille le proconsul et le reste du public, sans échappatoire possible.

Le lien est enfin révélé, lorsque les pompiers sont envoyés vers l’appartement.

Le lien révélé

Le spectacle de l’arène se déroule non pas à une autre époque,mais est inscrit dans le tapis de sol de Roland.

Son regard, sans doute, se porte sur la scène lors de la conversation téléphonique avec Jeanne, et ce pourrait être son imagination qui est à l’œuvre quand Marco et le Nubien s’affrontent.

Le feu de l’arène est celui qui se répand sur le tapis. Les coupables sont punis en même temps que leurs victimes : Irène et Jeanne.

Et les nombres ? C’est un aperçu du futur, qui se réalise. Durant l’appel téléphonique, Jeanne et Roland interceptent le standard d’appel des pompiers, qui coordonne les missions.

Ces nombres précipitent l’impatience de Roland, et il n’y a plus d’amélioration possible, le monde de Roland et du proconsul sombrent dans les flammes, vers lesquelles les pompiers se dirigent.

Publicités

A propos Erick

Diététicien, INFP, yogi coincé, coureur amateur. Buts: écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans nouvelle, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tous les feux le feu (Julio Cortazar, recueil « Tous les feux le feu »)

  1. Ping : Tous les feux le feu, de Julio Cortazar | Du thé sur le canapé

  2. Ping : Julio Cortazar : Jeux (« Nouvelles, histoires et autres contes  # 2) | «Du thé sur le canapé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s