Le temps passe trop vite …

(Réflexions sur skype lors d’une conversation avec une copine, Emilie)

En fait, le temps ne passe pas plus vite qu’avant.

Aux origines de cette sensation

Comme on est plus conscient de notre vie, on est enclin à ne remarquer que ce qui est inhabituel, qui suscite des émotions inattendues.

Du coup, chaque jour stéréotypé ne compte pas et est réduit au stricte minimum de souvenir. On fait moins attention aux petites choses, on s’émerveille moins, il y a moins de nouveauté au quotidien.
Du coup seules les vacances ou autres revêtent un aspect digne de souvenirs élaborés, et alors on s’arrête dans la course du temps pour marquer ces souvenirs. Et au regard des mois, années passées, on ne met en exergue que les moments forts, qui bout à bout ne tiennent qu’en quelques jours.

On a l’impression de n’avoir vécu que ces quelques journées, et d’avoir été comme endormi le reste du temps. D’où la sensation du temps qui passe trop vite.

Le fondement de cette illusion

« Les journées se répètent et se ressemblent. » (Emilie)

Dans le cas du temps qui passe trop vite, c’est dû à la façon de penser. Soit on laisse place à l’illusion du temps, qui passe d’autant plus vite qu’il n’a aucun élément fort sur lequel s’arrêter, soit on essaie de voir le monde autrement.

En se concentrant sur le présent on peut arrêter la course du temps. Quand je suis totalement pris par une activité, le temps n’existe plus, je ne le sens plus.

Chaque fois que j’arrive à m’émerveiller, au quotidien, en remarquant des choses anodines qui m’inspirent, en redécouvrant des sensations enfouies, par l’intermédiaire de ce qui m’entoure, en observant de différents points de vue des événements qui se déroulent près de moi, ou en découvrant de nouvelles façon de voir le monde, et en repassant mes expériences immédiates au crible de ce nouveau regard, je me sens revivre, renaître, pleinement en vie, présent.

L’illusion du temps

De sorte que le temps passe vite quand on se focalise sur le passé, qui permet de classer en terme d’importance les souvenirs, d’en  développer certains, d’en oublier d’autres en les stéréotypant (la journée « normale », le « comme d’habitude », ou le « rien de spécial » dont on tisse nos vies).

Se focaliser sur le futur conduit également à manquer sa vie, car au soir de chaque journée, l’essentiel aura été fait pour ce futur impalpable, et rien pour l’immédiat.

En salsa, j’étais toujours à promettre à mes danseuses une meilleure danse, quand je serais plus doué, ce qui était reporté sans cesse au futur. J’économisais parce que l’on ne sait de quoi demain sera fait. La cigale et la fourmi. Et lorsque j’écoutais le récit des vies de mon entourage, je me demandais pourquoi il n’y avait pas autant de vie dans ma vie, pourquoi toute la vie était dans le futur?

Cependant, le présent est un lieu de vie quand le cadre a été posé pour le stabiliser.
Pour moi c’est impossible car je n’ai eu de cesse d’alterner entre chômage long et emplois insatisfaisants et précaires. Je DEVAIS me focaliser sur le futur, afin de dépasser les mauvais moments, afin de m’inventer un avenir, de réinventer une autre vie en dehors de ce cycle travail- chômage insatisfaisant.

Car dans un monde où sans argent on n’est rien (essayez une journée sans aucune carte de crédit, de bus, de métro, d’étudiant ou autres, ni de monnaie, en étant dehors, si possible sans manteau quand il fait froid, en évitant de rentrer dans un quelconque logement, ni de manger), s’assurer d’une rentrée d’argent régulière est indispensable.

Bilan

Donc je n’ai pas encore de solution pour arrêter le cours du temps. J’ai mis plus de sel dans ma vie, après plusieurs dépressions existentielles, qui m’ont conduit à changer mon regard sur le monde. Je vis plus intensément, je goûte aux plaisirs du quotidien.

La femme avec qui j’ai pu partager ma vie, même fugacement, a plus de consistance que certaines amours qui ont durées des mois, car je goûte à chaque instant, avec néanmoins la frustration que l’instant d’après, tout pourrait être fini, perdu, pour toujours.

Je ne me suis pas départi du passé ni de l’avenir. Le passé est une source de leçons que je digère pour établir mes actions à venir. Je suis donc souvent conservateur, ou bien hésitant car chaque acte sera gravé dans la pierre.

Le futur était un rêve, irréel, jusqu’à ce que je le change en un idéal palpable, en l’incorporant dans le présent. Car demain commence dès aujourd’hui, et, à la vérité, le temps n’est pas discontinu.

Si je sais quel cadre je veux pour mon avenir, je peux m’y avancer un peu chaque jour, de façon à vivre au présent, tout en sachant que ce n’est pas la destination finale.

Ainsi, ma vie est moins frustrante, puisque je travaille à la changer au quotidien. La promesse, c’est qu’un jour, j’aurai tant avancé sur mes objectifs de vie, que le théâtre de MON présent aura l’aspect nécessaire qui me permettra de cesser d’être une fourmi pour devenir plus cigale.

J’ai déjà commencé, en découvrant que je m’interdisais certains comportements. Aussi maintenant, je m’autorise à déroger à mon budget, à abandonner mes plans, à m’essayer au hasard de la vie, spontanée, ce qui rajoute du sel à cette vie, et qui me plonge dans l’instant présent, autant de moments qui vient se raccrocher au souvenir de ma vie, et qui éloigne cette idée du temps qui « passe trop vite ».

« La vie passe trop vite. Si tu prends pas le temps de t’arrêter un peu, elle pourrait te filer entre les doigts. »
(La folle journée de Ferris Bueller« )

Publicités

A propos Erick

INFP, en transition : écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Développement personnel, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s