Golden boy volume 2 (Tatsuya Egawa)

Couverture du volume 2 Kintaro, en plein apprentissage (perruque bleue). Crédit: amazon.fr

Fin des leçons

Leçon 6 : La psychologie du désir

Kintaro, freeter sur un chantier, profite de son temps libre pour assister à des cours de psychologie de l’université jouxtant le chantier. Témoin d’une altercation entre un individu grossier et lubrique, et Kyoko Minagawa, le professeur, il s’interpose avant que le malotrus ne soit incarcéré (probablement par une ambulance d’un hôpital psychiatrique, ce qui est fort étrange). Le professeur réagit ainsi :

  1. Elle remercie Kintaro de façon détachée, comme le ferait un professeur;
  2. Elle lui indique qu’elle l’a déjà remarqué dans l’amphithéâtre, et demande à en savoir plus sur lui. Kintaro se sent flatté, d’autant qu’elle est belle.
  3. Elle le complimente sur des éléments anodins(la beauté de son nom, son air intelligent) et demande à ce qu’il lui laisse l’opportunité de le connaître. EMballé, Kintaro accepte tout, donc de l’accompagner chez elle.
  4. Le professeur se montre très humble, s’auto critiquant alors que c’est elle qui l’a invité.
  5. Vivant avec 3 autres jeunes femmes, d’âges et de situations différentes, au repas, elles se montrent toutes captivées par les histoires de Kintaro. Le repas est somptueux, alors qu’il n’a rien fait pour mériter cet accueil chaleureux.

La situation perdure: Kintaro ne parvient pas à quitter l’appartement, car on montre sans cesse de l’intérêt pour sa personne. Puis, une nuit, le professeur s’offre à lui, en position de soumission sexuelle, l’appelant « maître Kintaro ».

Puis Kintaro devient la référence pour les 4 femmes, le maître de la maison, et une à une elles se donnent à lui. Après avoir repoussé les limites de leur créativité culinaire, vestimentaire, sexuelle, Kintaro se réveille dans un parc, avec ses affaires.

Etonné, il vient faire des réclamation au professeur, qui le traite comme un inconnu. Kintaro finit comme le malotrus du début, à agresser visuellement et verballement le professeur, puis se fait interner.

On apprend alors qu’il s’agissait d’une expérience psychologique sur la drogue et l’accoutumance du sujet, avec des victimes individus non consentants. Sa thèse étant enfin rédigée, le professeur la voit refusée par le doyen. Celui- ci a reçu au préalable la thèse de Kintaro, qui a auto analysé son comportement, avec des détails de son ressenti, ce que ne peux connaitre le professeur, qui regrette alors d’avoir sous estimé et abusé le jeune homme, déjà loin, se concentrant sur son prochain apprentissage…

Leçon 7 : esclave de l’amour

Kintaro décide d’étudier la raison pour laquelle une belle jeune femme est la reine de la nuit dans une discothèque. Il finalise son apprentissage en mettant en pratique ce qu’il croit connaître, sans penser aux conséquences épiques …

Leçon 8 :  le rêve vient en suivant le rythme

Courte leçon, où Kintaro passe de manager d’un groupe de rock féminin  à membre, puis amant de toutes les jeunes femmes. Puis disparait. Elles comprennent alors qu’il les a aidé à s’harmoniser et à donner un autre niveau à leur musique …

Leçon 9 :  l’alchimiste de l’amour

Kintaro, freeter d’une maison d’édition, rencontre un écrivain célèbre. Le responsable du maître, chargé de lui faire tenir les délais pour la remise de son manuscrit ayant fait un burn- out, Kintaro se propose pour le remplacer. Les qualités de Kintaro (cuisine, ménage, corrections informatique …) l’amènent à un enrôlement de force en tant qu’homme à tout faire/ nègre de l’écrivain. Kintaro apprend à décoder le style de l’auteur, puis décide de l’améliorer, sans son accord. Et hop, comme d’habitude, un prix littéraire inattendu! L’auteur se répète dans cette leçon. Il s’agit d’une occasion de brosser l’envers du décors du monde littéraire.

Le retour de Kongoji

Fin des leçons, début des études de Kintaro. (partie 2)

Etude 1 : L’amour du jeune, l’envie du vieux

Un amour impossible: Masahiko, salaryman banal, va épouser Reiko, riche héritière. Il promet de vivre d’amour à la sueur de son travail, avec elle, sans aide de la fortune du futur beau- père. La belle se refuse à lui, sans cesse, il n’est pas encore temps.
NAÏVETé.
La belle Reiko est vite repérée par un vieillard riche et lubrique, qui a sauvé l’entreprise du père de Reiko soudain dans la tourmente(étrange …). Venue présenter sa gratitude, Reiko lui ouvre son coeur: il l’a tirée de la tourmente, elle qui a toujours vécue dans un monde doré d’insouciance, l’argent de sa famille aidant. Mais le vieillard lui fait vite comprendre qu’il a payé pour pouvoir abuser de ses seins énormes!

Pendant ce temps, Kintaro est un vendeur de soupes en roulotte…

Etude 2 : Le vieux cupide et le fils honnête

Reiko tente de s’enfuir, mais se laisse surprendre par l’agilité du vieux. Ce dernier se fait corriger par son fils, qui est accueilli comme un sauveur par Reiko. Une jeune femme à tout faire offre de nouveaux vêtements à la belle, sur ordre du maître. Elle part, songeuse.

Etude 3 : Rupture de fiançailles

Reiko rompt avec Masahiko. Le prétexte, les dettes, la honte, l’envie de protéger Masahiko du noir avenir qui l’attendrait. Il s’accroche, cherchant une solution qui est au-delà de ses capacités. MAIS ce sont les dettes du père. Que Reiko se marie ou pas, ne change rien a priori. Masahiko s’accroche, mais Reiko s’enfuit en lui demandant de l’oublier. J’ai senti que Reiko était à cours d’argument. En fait sa mésaventure lui a permis de constater qu’elle ne pourrait pas vivre sans argent. Et l’idée « romantique » de s’affranchir de son père n’était qu’un caprice de petite fille. Elle savait au fond d’elle- même que Masahiko n’était qu’un jeu. Avec le drame familial, elle se l’avoue à demi- mot à elle- même, et c’est l’origine réelle de la rupture qu’elle initie.

De retour chez elle, elle apprend que tout est miraculeusement arrangé par Kongoji(le fils). Reiko commence à éprouver de l’affection pour le sauveur. AU cours d’un tête- à- tête avec ce dernier, elle avoue l’envers de sa relation avec Masahiko: c’était un abus de position dominante, elle aimait avoir ce jouet dont elle pouvait orienter la vie. Puis elle a eu enfin le déclic de cesser de jouer avec Masahiko, en réalisant qu’il ne pourrait jamais lui apporter le confort auquel elle était habituée. La jeune femme brune qui fait le service au cours du repas, raccompagne Reiko, en la félicitant, elle qui a pu ouvrir le coeur de Masamune Kongoji(son maître). J’ai ressenti la même manipulation mise en oeuvre dans la leçon 6. Lorsque Masahiko, qui cherchait Reiko, la supplie, la brune lui inculque que c’est sans espoir car il est médiocre. Elle détruit toutes ses illusions et le met face à la réalité qu’il ne peut rien lui apporter. Masahiko va donc dans la roulotte de Kintaro se consoler avec de l’alcool.

Etude 4 : Kin et Kon (« en or » et « plaqué or » )

Reiko est revenue chez Kongoji. Elle s’est avouée son amour pour lui. Elle se montre comme elle est, une femme lascive, face à Kongoji, beau, grand, imposant, charismatique, viril, puissant, riche. Un homme sans faille, sans défaut, avec qui elle peut s’abandonner.

Kintaro prend soin de Masahiko en l’écoutant de façon neutre. Mais il commence à devenir violent, alertant l’attention de la police. Kintaro décide  d’intervenir. Chez Kongoji, Kintaro est accueilli par celui- ci en ami. Alors qu’il lui parle avec familiarité, les serviteurs sont médusés …

Etude 5 : L’unique être redoutable

Reiko est occupée dans une chambre de l’hôtel particulier à se caresser les seins et plus. Dans le salon, Kin et Kon discutent de Reiko, Kintaro voudrait qu’elle revienne auprès de Masahiko, et Kongoji la convoque alors.

Les serviteurs sont médusés: comment un être aussi vulgaire peut – il parler au maître avec autant de latitude? Dominant la conversation malgré l’impression de domination de Kongoji, Kintaro expose la situation avec Masahiko à Reiko. Mais cette dernière a déjà reconnu comme maître (et gourou ?) Kongoji. Après le mépris, succède l’admiration, quand les serviteurs entendent de Kongoji que Kintaro est son ami. Malgré le refus de Reiko, il lui demande de décider d’elle- même.

Kintaro ressort donc avec Reiko. Masahiko voyant Reiko retourner s’imagine que tout est gagné, que la crise est passée, et n’écoute pas la mise en garde de Kintaro.

Mon avis

Le tome se conclut sur Kongoji, imposant : « Kintaro Oé … le seul être que j’aie à redouter en ce bas monde … Voilà ce qu’il est devenu… Hé Hé Hé! »

S’est-il moqué de Kintaro, en le traitant en égal? Reconnait-il sa valeur, à Kintaro qui ne se laisse pas impressionner, bien que ressentant la grandeur du personnage? Ou bien est-ce un soulagement, d’avoir vu que celui qu’il craignait est finalement un minable inoffensif, incapable de contrarier ses plans?

A suivre dans le tome 3. Je ne sais quand je le commenterai …

Publicités

A propos Erick

INFP, en transition : écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Développement personnel, humour, Livre, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s