Archives par mot-clef : cauchemar

Texte sur un carnet (Julio Cortazar, recueil « Nous l’aimons tant, Glenda »)

Une incohérence dans des statistiques, qui finit en obsession destructrice. Celui qui enquête, par des moyens étranges, finit par errer dans le métro argentin, jusqu’à comprendre l’invasion silencieuse qui se déroule à l’insu de tous…

Publié dans nouvelle | Tagué , , , , , , , , , | 1 commentaire

Cou de petit chat noir (Julio Cortazar, recueil « Octaèdre »)

Dans le métro parisien, Lucho touche de la main les mains de jeunes femmes qui lui plaisent, elles aussi accrochées aux barres du wagon. Cette fois- ci, c’est elle qui initie ce jeu de séduction. Alors il la suit, quand … Lire la suite

Publié dans nouvelle | Tagué , , , , | 2 commentaires

Céphalée (Julio Cortazar, recueil « Bestiaire »)

Julio Cortazar écrit cette nouvelle en mémoire de violents maux de tête. L’élevage des mancuspies s’avère difficile, mais lucratif. Alors, ils endurent les affections, renseignant leurs symptômes et prenant les cachets, évitant avec soin le mal culminant, la céphalée.

Publié dans nouvelle | Tagué , , , , , | 3 commentaires

Les Armes secrètes (Julio Cortazar, recueil « Les Armes secrètes »)

A Paris, Pierre attend Michèle, en vain. Après explications, la promesse de la quinzaine, à deux, seuls, l’amène à imaginer la maison. « Y a-t-il une boule de verre au bas de la rampe chez toi? Non, dit Michèle, tu confonds … Lire la suite

Publié dans nouvelle | Tagué , , , , , | 2 commentaires

La nuit face au ciel (Julio Cortazar, recueil « Fin d’un jeu »)

A Paris, un motard goûte à l’ivresse de la vitesse, se remémorant un rêve, qui revient par bribes, se précisant sans cesse, les détails allant jusqu’aux sensations, la peur du sacrifice sur l’autel Aztèque, le goût de la sueur, la lumière et la chaleur des torches.

Et la réalité et le rêve, si parfaitement alignés, indissociables, si ce n’est par la raison, car il est bien à Paris. Est- ce le souvenir de sa vie antérieure?

Un chef- d’œuvre de Cortazar, qui m’a amené à explorer ses recueils de cauchemars, tapis sur le papier. Lire la suite

Publié dans nouvelle | Tagué , , , , , , | 10 commentaires

Au nom de Boby (Julio Cortázar, recueil « Façons de perdre »)

C’est l’anniversaire de Boby. Sa tante se souvient des cauchemars de Boby, de sa difficulté à différencier le rêve de la réalité, surtout quand sa mère était si semblable à celle du cauchemar. Jusqu’à ce que les cauchemars cessent. Et … Lire la suite

Publié dans nouvelle | Tagué , , , | 1 commentaire