Julio Cortazar : Jeux (« Nouvelles, histoires et autres contes » # 2)

couverture Nouvelles, histoires et autres contes de CortazarCe second parcours proposé par Cortazar, fait suite aux Rites précédents.

Car son recueil (« Nouvelles, histoires et autres contes ») est un fleuve où se mêlent les genres du fantastique, troubles.

Note: j’ai mis plus de 5 ans à écrire cet article. Il n’y a pas d’article connexe à toutes les nouvelles citées, car le temps m’a manqué pour tout écrire. Souvent, j’étais en vacances, et alors je n’avais que peu de temps pour écrire sur internet. Et c’est aussi l’époque où je me suis désintéressé du blogging. Mais, n’en doutez pas, lecteurs épars, j’irai au bout de mes lectures!

JEUX

  • Continuité des parcs, nouvelle minuscule et haletante, décrite dans Les Armes secrètes.
  • Lieu nommé Kindberg, où mène le sacrifice du présent pour l’avenir ?
  • le fleuve, amour passion, où la mort par noyade rode, mais est-ce bien réel ?
  • Histoire avec des mygales, mystère, souvenirs, sexe et mort dans l’air
  • Les pas dans les traces, où un critique littéraire découvre le prix du succès.
  • La porte condamnée
  • Cou de petit chat noir
  • Les poisons, un récit à la manière d’un journal intime, qui conte la naissance de l’amour et son deuil.
  • Vous vous êtes allongés à tes côtés, un jeu narratif pour exprimer l’ambigüité de l’adolescence.
  • Séjour de la main, la rencontre entre une main sauvage et un homme, qui s’y habitue, avant de la faire fuir par sa méfiance.
  • N’accusez personne, car tout seul, seul responsable, ou bien ?
  • Dîner d’amis est une suite de courriers autour d’un dîner qui n’a eu lieu que pour un seul des futurs invités.
  • Céphalée, la matérialisation des symptômes d’une migraine, provoqués par des créatures inimaginables.
  • Les amis, courte nouvelle sur la conception erronée de l’amitié, pour qui ne la voit qu’en fonction de ses apports possibles à son monde professionnel.
  • Tous les feux le feu, des histoires entremêlées sur fond d’adultère et de vengeance.
  • Le voyage, un fait divers dont la tension littéraire laisse supposer qu’il y a plus.
  • Texte sur un carnet, un rapport sur les événements étranges du métro de Buenos Aires, et qui semblent implacables …
  • Été, courte nouvelle sur des craintes qui se personnifient, dans la nuit, perturbant la tranquillité d’un couple.
  • Directives pour John Howell, une pièce de théâtre qui s’imbrique de force dans la vie du spectateur, avant de le happer de culpabilité (dans le recueil Tous les feux le feu ).
  • Deuxième voyage décrit la déchéance d’un boxeur. 2 fois.
  • Mademoiselle Cora: une simple opération dans un hôpital de campagne, racontée par tous les protagonistes sans introduction ni transition.
  • Heures indues : la vie rêvée, vite oubliée, puis redécouverte des souvenirs, et décision de vivre la vie qu’il souhaitait avec celle dont il rêvait plus jeune. Ou bien n’est-ce qu’une histoire d’un bilan, avec ses actes manqués, et de ce qui aurait pu être mais force d’obligation n’est plus possible, « indu « .
  • Clone : un groupe musical se retrouve à tenter de se parodier pour maintenir la perfection de leurs prestations passées. Des dissensions (liaisons intimes, tromperies) détériorent leur harmonie, en suivant une partition de Jean- Sébastien Bach.
  • La caresse la plus profonde, celle d’un passe- muraille malgré lui …
  • Histoire que je me raconte : où s’arrête l’imaginaire? L’énième variation sur le thème du rêve qui s’imbrique dans la réalité.
  • Torito, nouvelle qui suit les traces menant à la déchéance d’un boxeur.
  • Le mobile, un crime passionnel expliqué par l’exemple, sous ton de roman noir.
  • Anabel  : l’auteur tient un journal, où il couche une ébauche de nouvelle. Alors qu’il y tente d’être fidèle au souvenir d’Anabel, le personnage principal la nouvelle finit par s’écrire seule, en s’imbriquant dans le journal. La tournure fantastique ici, c’est que « Anabel » se concrétise sans qu’il y ait une limite clairement marquée entre le journal et la nouvelle. Impossible d’apercevoir quand on sort de l’autobiographique (journal).
Publicités

A propos Erick

INFP, en transition : écrire mieux, donner du sens à chaque expérience en organisant par écrit mes impressions !
Cet article, publié dans Livre, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s